La bienveillance à l’école : Comment la développer ?

la professeure de l'école sourit aux élèves avec bienveillance

L’école bienveillante apporte aux élèves un environnement propice pour se sentir entendu, respecté et confiant. Le cadre intellectuel, émotionnel et matériel, leur permet d’entrer dans les apprentissages en toute sérénité, et en développant leurs capacités personnelles.

La bienveillance améliore l’acquisition de savoirs et de compétences mais offre surtout une qualité d’être essentielle pour se construire en tant qu’individu accompli.

Les élèves sont accompagnés dans leur réussite mais aussi dans les difficultés qu’ils rencontrent. Ils apprennent à prendre soin d’eux-mêmes comme à prendre soin des autres. L’harmonie se développe à mesure que l’enfant apprend comment interagir respectueusement. 

L’éducation bienveillante est un vecteur de développement des capacités de collaboration, d’empathie, de responsabilité, pour que chaque enfant intègre les clefs pour contribuer au bien-être commun.

Comment développer la bienveillance dans le cœur des enfants ? Comment l’école peut-elle renforcer les comportements respectueux et ainsi participer à la construction d’une société non violente ? 

Nous partageons dans cet article des astuces pour apprendre la bienveillance en classe.

Favoriser l’attitude bienveillante par le renforcement positif

L’éducation positive consiste à valoriser les comportements positifs plutôt que de se focaliser sur les actions négatives. Quand l’enfant perçoit que ses actions ou ses paroles génèrent une réaction positive, le sentiment de récompense entraîne la production d’endorphine. Cette hormone, lorsqu’elle est sécrétée, crée une sensation de plaisir. Pour reproduire cet état de bien-être, l’enfant va chercher à reproduire ses bonnes actions. 

L’enfant va ainsi développer une manière d’être positive, tout en éprouvant du plaisir et de la satisfaction ! Pour développer l’esprit solidaire et bienveillant, il est donc essentiel de remarquer toutes les petites attentions que l’enfant a envers les autres. Il sera fier d’être félicité pour avoir aidé un autre élève à comprendre un exercice, avoir apporté un message pour vous dans la salle d’à côté, ou encore avoir invité un nouvel élève à jouer dans la récréation.

Développer une intention bienveillante

Le matin, l’accueil de tous les enfants dans la classe est un moment important où une intention peut être donnée.

Tous les enfants peuvent être accueillis pour démarrer une nouvelle journée ensemble. Prenons le temps de leur dire bonjour et de leur souhaiter une belle journée à l’école. Proposons-leur de s’asseoir quelques instants ensemble.

« Je vous propose de fermer les yeux et d’inspirer profondément pour accueillir ensemble cette nouvelle journée. Lorsque nous inspirons, nous prenons toutes les bonnes énergies du soleil, de l’air frais, de la douceur du matin. Prenez votre temps pour sentir cet air pur qui entre dans vos poumons. 

Souhaitons-nous tous ensemble de partager des moments d’amitié et de complicité pour vivre cette journée dans la sérénité. Dirigeons notre pensée vers tous ceux qui font partie de cette classe et souhaitons-leur intérieurement d’être souriants aujourd’hui, d’être apaisés et de se sentir compris.

Décidons ensemble de donner tout notre cœur pour offrir de la gentillesse aux autres, et prendre soin de chacun. Respirons encore et lorsque nous expirons, envoyons toute notre intention d’amour dans cette classe. 

A présent nous pouvons ouvrir les yeux, nous étirer tranquillement puis commencer notre journée ! »

Bienveillance à l'école : une enfant ferme les yeux pour commencer la journée dans la sérénité

Encourager l’expression de ses besoins 

Créer un véritable espace de parole permet à l’élève d’avoir des temps consacrés à l’affirmation de ses envies, de ses idées, de ses besoins ou de ses difficultés. Les moments consacrés au retour d’expérience ou de débriefing d’une activité ou d’une sortie sont propices à cette libération de la parole. L’enfant peut être invité à exprimer ce qu’il a ressenti au cours d’une activité, comment il a vécu une expérience ou encore ce qui a été difficile à gérer. 

C’est une occasion aussi de le féliciter de s’exprimer librement, de parvenir à nommer ce qu’il ressent et d’oser le partager. S’il a du mal à parler, l’adulte peut l’aider en reformulant les questions ou en proposant une reformulation de ses phrases ?

Si l’enfant exprime par exemple « j’ai raté cette épreuve/ce contrôle parce que j’ai perdu mes moyens » : « Je te félicite d’avoir partagé avec nous ce ressenti. Si j’ai bien compris ce que tu veux exprimer, c’est que la peur d’échouer a provoqué du stress en toi. Et du coup, tu avais trop d’émotions pour te concentrer comme tu l’aurais voulu ?… Sans doute, d’autres élèves ont déjà ressenti le stress d’être évalué. Qui souhaite s’exprimer là-dessus ? »

Proposer un espace de sérénité dans la classe

Aménager un espace de sérénité dans la classe peut être l’occasion d’apprendre aux enfants à ressentir en eux-mêmes lorsqu’ils ont besoin de prendre un instant pour se ressourcer. Un petit tapis et quelques coussins au fond de la classe suffisent à créer un espace de douceur. Une petite tente peut aussi être installée pour permettre de s’abriter du regard des autres. Quelques supports sensoriels pourront aider les enfants à se calmer en se concentrant sur leurs sensations : coussins doux, lampes à lave ou encore coffret de senteurs seraient les bienvenus.

Quand l’enfant en ressent le besoin, il peut aller dans « l’espace de sérénité » et s’y installer quelques instants en silence. Quand un enfant s’agite, nous pouvons lui dire « il me semble que ton esprit est agité, si tu le souhaites tu peux t’installer dans l’espace de sérénité pour aider ton esprit à retrouver son calme et sa tranquillité ». 

L’élève peut alors comprendre que l’état naturel de son esprit est d’être calme et bienveillant. Il n’est pas agité, c’est juste son esprit qui parfois se disperse. Nous pouvons les aider à le comprendre en leur expliquant que leur esprit est comme un ciel pur immense, mais que parfois des nuages viennent le perturber. En s’asseyant un instant, en respirant, nous pouvons essayer de chasser les nuages pour retrouver cet état naturel.

Développer l’amitié entre les élèves

Sur le bureau de chaque enfant, une feuille a été distribuée et chacun est invité à dessiner une marguerite en utilisant tout l’espace.

Chaque enfant note son prénom dans le rond qui forme le cœur de la fleur. Puis la feuille va circuler et chaque élève va y noter une qualité qu’il apprécie chez l’enfant. Une fois que ce dernier récupère sa feuille, tous les pétales contiennent des qualités que les autres enfants lui ont reconnues. Il peut se sentir fier d’être joyeux, aventurier, gentil, drôle ou encore inventif !

Les marguerites sont alors accrochées dans la classe pour se souvenir de toutes les qualités de chacun ! 

Un anniversaire peut aussi être une belle occasion pour développer de l’amitié. Les enfants peuvent tous ensemble essayer d’écrire un acrostiche avec les lettres du prénom de l’élève.

Privilégier la collaboration et la solidarité

Le travail d’équipe développe l’esprit collectif. Les exposés à plusieurs ou les exercices à faire ensemble sont non seulement agréables mais ils sont aussi des supports pour apprendre à travailler ensemble.

Nous pouvons leur proposer de s’appuyer sur les compétences de chacun. Pour un exposé par exemple, celui qui est à l’aise à l’écrit sera chargé de la rédaction, celui qui est à l’aise à l’oral présentera l’exposé, celui qui dessine bien pourra se charger d’illustrer l’exposé !

Par ailleurs, le travail d’équipe peut aussi développer les qualités de partage et de solidarité. Il est possible par exemple de désigner des « soutiens » dans la classe qui auront pour mission d’aider ceux qui sont en difficultés. 

Un enfant qui est très bon en maths mais nul en français pourra apporter son aide lors des exercices de maths et bénéficier du soutien d’un camarade en français.

Développer le sens de l’entraide
et l’acceptation des différences

Lorsqu’un enfant a des troubles particuliers dans l’apprentissage ou dans l’intégration sociale (troubles autistiques, troubles dys, phobie, troubles du langage ou troubles moteur…), l’enseignant explique aux autres les difficultés ressenties. Il explique qu’une classe c’est un peu comme une famille et qu’il est important de s’aider les uns les autres et d’accepter les différences de chacun. 

Les enfants de la classe peuvent imaginer des solutions pour aider au mieux l’élève. Un enfant peut proposer de jouer le rôle de parrain et aider pendant une période celui qui en a besoin : Cela ne concerne pas seulement les difficultés scolaires. Un enfant qui est toujours tout seul et ne parvient pas à se faire d’amis peut être aidé par un parrain qui aura pour rôle de veiller à ce qu’il ne reste pas seul en récréation par exemple.

Apprendre à gérer des situations de conflits

Lorsqu’un conflit naît entre deux ou plusieurs enfants, l’enseignant invite les enfants à raconter l’événement ayant généré la dispute. Elle précise auparavant que les enfants doivent raconter en ne portant aucune critique mais en utilisant le “je” pour exprimer ce qu’il a vécu et comment il l’a ressenti. Une fois que tous les enfants concernés ont pu s’exprimer, ils sont invités à imaginer comment la situation aurait pu se passer mieux, sans conflit. 

Les conflits sont souvent à l’origine de plusieurs comportements. Il y a rarement une victime et un coupable. Souvent, les choses sont plus complexes et chacun peut avoir sa part de responsabilité. Les enfants sont invités à reconnaître que leurs attitudes ont des conséquences et à se comporter avec bienveillance.

Partager des activités de pleine conscience

Partager des activités de pleine conscience permet de rapprocher les élèves entre eux et de vivre des expériences collectives dans la bienveillance.

Les enfants peuvent une fois par jour être amenés dans la cour pour faire ensemble une marche de pleine conscience : 

« Nous allons marcher tranquillement les uns derrière les autres. Je vous invite à ressentir chacun de vos pas et à imaginer à chaque fois que vous posez le pied au sol qu’un magnifique lotus apparait sous vos pieds. Nous allons créer une guirlande de lotus tout autour de la cour ! »

A la fin de la journée, pendant quelques minutes en silence, les enfants vont ranger la salle pour la retrouver propre et agréable le lendemain. Ils doivent surtout faire le moins de bruit possible en rangeant le matériel, les chaises…Invitez-les à se faire plaisir en rendant cette salle la plus jolie possible !

Voilà quelques idées pour développer la bienveillance à l’école.

Écrivez-nous en commentaires si ces astuces vous ont semblé utiles ou si vous avez d’autres idées pour enrichir cet article !

1 commentaire

  1. Enseignante en primaire, je remarque que les enfants sont parfois cruels entre eux et ont du mal à accepter les différences. Je vous remercie pour cet article qui regorge de bonnes idées pour inspirer la gentillesse aux enfants. Je suis impatiente de tester la petite marche de pleine conscience dans la cour !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.